L’édito du mois

29 avril 2018

ÉDITO DU MOIS

Mission et sainteté.

La mission est un chemin de bonheur qui me rend heureux en rendant les autres heureux car, fondamentalement, notre vocation est une mission à l’amour – aimer et être aimé – qui conduit au bonheur. Pour les chrétiens, la mission est un impératif lié au baptême, à la profession religieuse et/ou à l’ordination et conduit à la sainteté comme l’idéal élevé d’une vie de service des autres. Les baptisés ont vocation à suivre le Christ en disciples missionnaires selon différents chemins et différents états de vie. Cependant, notre vocation fondamentale est une mission à l’amour et au bonheur

Jean-Paul II nous a rappelé que l’amour est la vocation/mission fondamentale et profonde de chaque être humain. On pourrait dire que c’est une manière de voir la vie, de la recevoir, de la donner, parce que notre vie est faite pour la vie, pour l’amour, pour porter du fruit. Comme chrétien, on va réaliser finalement que notre vocation est une vocation à la sainteté.

La mission est une grande aventure

La mission n’est pas un concept, mais d’abord et avant tout un chemin de vie pour soi et pour les autres. A travers la mission, nous sommes appelés à être, à vivre, à grandir, à aimer et servir dans l’amour avec les autres et pour les autres. C’est notre vocation fondamentale. Ce qui est premier, c’est notre vocation à la vie pour grandir en humanité. Mais, comme chrétiens, nous savons que le chemin vers la vie en plénitude à la suite du Christ est un chemin d’offrande en forme de traversée pascale, de passage par la Passion pour entrer dans la lumière de la Résurrection.

La mission est assurément une grande aventure, qui va se déployer sur toute la durée de la vie. On peut dire beaucoup de choses sur la vocation mais, au final, c’est quand même un mystère, qui nous fera cheminer tout au long de notre vie, en traçant notre propre route, à l’écoute de Dieu et des autres. La mission est un peu comme une œuvre d’art : un chemin à inventer avec Dieu à partir de la réalité concrète de nos vies. Toute mission est une incarnation, c’est-à-dire, donner corps au Christ là où il n’existe pas encore comme Marie qui le donna au monde.

Vivre en recevant la vie comme une mission et en discernant sa vocation nous fait avancer toujours plus au large et plus profond, au-delà de nos images premières. C’est une manière de vivre en réponse à un appel qui nous précède, que l’on reçoit de Dieu et que l’on va essayer de discerner et de traduire concrètement dans des choix, dans une manière de vivre concrète qui est une aventure humaine et spirituelle : c’est l’aventure de la vie, de la liberté, de l’amour. Finalement l’aventure de la vie plus grande.

La mission est aussi de l’ordre d’une œuvre d’art, qui est à inventer avec Dieu

Dieu nous crée créateurs à son image : il n’a pas écrit notre vie à l’avance, ce qui ferait de nous des marionnettes. La mission comme aussi notre vocation, c’est vivre sa vie avec Dieu en l’inventant avec lui. C’est bien de l’ordre d’une œuvre d’art, en sachant que l’on ne part pas de rien : je suis né à tel endroit, je suis construit de telle manière, mais je désire construire ma vie avec Dieu en me laissant convertir et donc poser mes choix en me laissant conduire par l’Esprit et non par mes désirs superficiels qui étouffent mon désir profond. La mission nous rend libres, toujours plus créatifs et nous humanise. Voilà pourquoi nous devons refuser une identification en un modèle unique du vécu de notre unique charisme ou de notre mission. Il nous faut favoriser l’unité dans la diversité dans le Saint Esprit.

La mission nous conduit à trouver notre place et notre joie en répondant aux besoins du monde. Toute mission est manière de s’incarner dans une réalité pour vivre notre pèlerinage sur terre avec les autres et pour les autres.

La vocation conduit à la liberté, l’unification, l’amour, la vie, la mission et surtout vers les autres

Une mission, c’est le lieu où Dieu t’appelle pour que ta plus grande joie y rejoigne la plus grande faim du monde. Quelque part, la mission est l’endroit où notre joie la plus profonde répond aux besoins les plus criants du monde. C’est la rencontre entre le cri, la souffrance du monde qui va me toucher, moi, et me faire entrer dans une joie profonde d’y répondre avec foi, espérance et charité. Pour cela, il faut être à l’écoute de Dieu et des autres pour discerner sa vocation. C’est pour cela que, pour mieux accomplir la mission, il est très important d’être à l’écoute de Dieu, de sa Parole, dans la prière, dans les sacrements. Cela passe toujours par l’écoute  de la Parole en la confrontant aux mouvements et aux cris du monde.

La mission est en résumé une manière de voir la vie et de répondre à l’appel de Dieu

Finalement, vivre sa vie comme une mission, c’est une herméneutique de la vie, c’est-à-dire que c’est une manière de voir la vie, de se comprendre en Dieu, et d’agir en réponse à un appel dans une attitude de don suscitée par la reconnaissance et la gratitude. C’est donc aussi une manière de se comprendre comme un sujet, une personne convoquée, appelée à répondre à un Autre, quelle que soit la réponse.
Qu’est-ce finalement que trouver sa vocation ? C’est une manière de chercher et de trouver sa place dans l’Église et dans la société.

 

 

 

Charles MWANDUNDU

Salésien de Don Bosco

 

Catégories
Non classé