L’édito du mois

29 avril 2018

ÉDITO DU MOIS

MAI, MOIS DE MARIE ; TOUT A JÉSUS PAR MARIE

Dans l’Eglise, excepté février et avril, les autres mois de l’année sont consacrés au Christ, à saint Joseph ou à la Vierge Marie. La dédicace d’un mois à une dévotion particulière est une forme de piété populaire relativement récente. Janvier est le mois du Saint Nom de Jésus, depuis son approbation par le pape Léon XIII en 1902 ; mars est le mois de saint Joseph, depuis son approbation par le pape Pie IX le 12 juin 1855 ; mai, le plus ancien et le plus connu des mois consacrés, est, officiellement depuis 1724, le mois de Marie ; juin est le mois du Sacré-Cœur depuis 1873 approuvé par Pie IX ; juillet est le mois du Précieux Sang depuis son approbation par Pie IX en 1850 ; août est le mois du Cœur Immaculé de Marie ; septembre est le mois de Notre-Dame des Douleurs, depuis son approbation par Pie IX en 1857 ; octobre est le mois du Rosaire demandé par Léon XIII en 1883 ; novembre est le mois des Âmes du Purgatoire depuis son approbation par Léon XIII en 1888 et décembre est le mois de l’Immaculée Conception.

Le mois de Marie a vu le jour à Rome. Sa promotion doit beaucoup aux Jésuites italiens qui publient de nombreux ouvrages sur le sujet au début du XVIIIe siècle alors que les Camilliens revendiquent l’honneur de l’avoir inauguré dans sa forme actuelle, en 1784. Le mois marial atteint la France à la veille de la Révolution. La vénérable Louise de France, fille de Louis XV et prieure du carmel de Saint-Denis, fait traduire certains ouvrages jésuites et en devient une zélée propagatrice.

Dans chaque maison, on dressait un autel à Marie, orné de fleurs et de lumières, devant lequel, chaque jour du mois, la famille se réunissait pour prier en l’honneur de la Sainte Vierge avant de tirer au sort un billet qui indiquerait la vertu à mettre en application le lendemain. Cet usage prit un caractère général après son approbation officielle par Pie VII et son enrichissement d’indulgences par le Saint-Siège le 21 novembre 1815.

Si cette pratique est aujourd’hui tombée en désuétude, rien n’interdit de la remettre au goût du jour. L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris nous invite à nous tourner vers Marie qui nous conduira à Jésus. Le feu a gravement endommagé cet édifice historique qui est un symbole national. Ce feu est symboliquement celui de l’Esprit qui purifie l’Eglise. Cet incendie nous impose une vraie conversion outre son rétablissement de l’édifice. En ce mois marial, nous sommes invités à reconstruire notre Eglise. Cette Eglise, c’est nous tous chrétiens catholiques appelés à devenir toujours davantage les pierres vivantes de l’Eglise en vivant du mystère de la mort et de la résurrection du Christ, source de notre espérance.

Rappelons que, depuis le 10 février 1638, la France est officiellement consacrée à Marie suite au vœu prononcé par Louis XIII. Profitons de ce mois pour remercier la Mère du Sauveur de sa puissante protection et remettre, avec confiance et espérance, l’avenir de notre Patrie et notre Eglise entre ses douces mains. Que Marie nous aide à ouvrir les portes de notre cœur au Christ, Rédempteur de l’homme et de l’histoire ; qu’elle nous enseigne à être humbles, car le regard du Seigneur se pose sur les humbles ; qu’elle nous fasse comprendre la valeur de la prière, du silence intérieur, de l’écoute de la Parole de Dieu ; qu’elle nous pousse à chercher de manière sincère la volonté de Dieu, même lorsque celle-ci remet en question nos projets ; qu’elle nous accompagne vers une conversion radicale. Plusieurs chrétiens expriment le vœu d’une Eglise purifiée des scandales causés par certains de ses membres. Durant ce mois, confions à Marie notre Eglise. Puisse-t-elle nous guider vers une Eglise renouvelée. La prière mariale est un puissant moyen spirituel pour rebâtir notre Eglise. Bonne dévotion mariale à tous.

 Michel MANKONGA,

SDB

 

 

Catégories
Non classé