L’édito du mois

29 avril 2018

ÉDITO DU MOIS

Une relecture spirituelle en fin de notre année pastorale !

A la fin d’une année pastorale, il est impérieux de faire une relecture spirituelle. Celle-ci permet de prendre de bonnes décisions pour notre futur personnel et ecclésial. Car, au-delà du découragement et avec du recul, nous devons voir les signes de la présence de Dieu dans les événements et reconnaître ce qui nous est donné de sa part.

Le récit de la multiplication des pains m’aide à faire le bilan pastoral. Je compare l’attitude des disciples à celle du Christ. Les disciples se montrent inquiets de ce qui manque, de l’insuffisance des moyens à nourrir la foule. Mais le Christ, lui, repère ce qui existe (5 pains, 2 poissons). C’est pauvre ! Ce n’est a priori pas assez ! Au lieu de s’inquiéter, il accueille, il rend grâce, il reconnait dans ce petit rien le don de son Père, et dans un acte de Foi, il nourrit toute la foule. A sa suite, passons de l’inquiétude à la confiance, de la plainte à l’action de grâce, reconnaissons le don de Dieu déjà donné et nous pourrons nourrir les foules qui frappent à nos portes. Rendons donc grâce à Dieu présent dans notre communauté.

Une action de grâce pour l’Eucharistie quotidienne, pour les rencontres de prière, le partage d’évangile, les repas 4×4. Merci aux équipes liturgiques et à celles qui organisent la liturgie des enfants. Et bons succès aux nouvelles équipes liturgiques.

Une action de grâce pour un nouveau groupe de prières né à Saint-Joseph, en plus de ceux existant déjà à Sainte-Anne (le chapelet) et Notre-Dame (adoration). Ce nouveau groupe se rassemble chaque jeudi de 19 h à 20 h 30 et enregistre beaucoup d’appels et des demandes des personnes peu habituées à fréquenter nos églises.

Une action de grâce aussi pour les personnes qui demandent les sacrements de l’initiation chrétienne, du pardon, l’onction des malades, le mariage. Une équipe de catéchuménat des adultes existe au niveau du doyenné. Il faudra être particulièrement attentif à ce qui s’y vit, car souvent, les catéchumènes ont un regard neuf sur l’Eglise et la paroisse, des paroles nouvelles qu’il est difficile de ne pas accueillir comme émanant de Celui qui les appelle et les conduit jusqu’à lui.

Une action de grâce pour les équipes de préparation au baptême des enfants, éveil à la foi, caté XXL, catéchèse pour adultes, préparation au mariage et les fidèles qui assument ce service. Il nous faut rester en mesure d’assumer notre mission d’évangélisation dans un monde qui bouge beaucoup et qui ne tient pas compte des questions de Foi et de religion dans ses évolutions.

Une action de grâce pour l’accompagnement des familles en deuil et de nos frères et sœurs malades ou seuls. Les courriers reçus de la part de bien des personnes prouvent combien les personnes engagées dans cet apostolat témoignent de l’Evangile dans ce qui est un véritable service d’Eglise. Pour ce faire, prêtres et laïcs, nous devons trouver la juste collaboration dans ce domaine. Cette complémentarité des vocations exprimera mieux que l’Eglise est un corps dont nous sommes les membres différents et pourtant unis.

Une autre action de grâce pour le travail de notre CPAE et notre EAP qui ont su entamer un processus de réorganisation de l’administratif des paroisses et de leur gestion économique.

Une action de grâce pour ce qui se passe dans nos écoles paroissiales. Les parents d’élèves qui disent tout haut leur Foi ou s’interrogent à ce sujet ; la dévotion des élèves et des parents qui s’exprime au grand jour ; la soif spirituelle se dévoile et conduit à la mise en place d’une certaine pastorale structurée.

Une action de grâce pour le service d’accueil, les groupes et mouvements, le panier de la cure (le repas des prêtres).

Enfin, une action de grâce pour ce qui se continue et se perpétue, pour ceux qui sont humblement à la tâche, parfois à un âge qui leur fait espérer et demander une relève, mais qui persistent et persévèrent dans leurs engagements d’Eglise. Une action de grâce pour ceux qui travaillent sans que cela se voit, notamment les personnes qui entretiennent nos églises pour qu’elles restent des lieux accueillants, nos fleuristes et nos sacristains.

De ce fait, ma relecture pastorale de cette année me porte à rendre grâce en voyant Dieu à l’œuvre. Une action de grâce qui se double aussi des remerciements pour ce que je n’ai pas su voir et discerner, mais qui relève aussi de l’action de Dieu dans nos cœurs et nos vies. Je rends grâce à Dieu pour tout et invoque sa bénédiction sur tous.

 

Michel MANKONGA, sdb.

 

 

Catégories
Non classé